Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/02/2013

Chapitre 5 de mon Livre....

Chapitre 5 de Mon Livre : « COTE D’IVOIRE, bulletin de notes d’une dictature socialiste, populaire et patriotique avortée. »

 Ici bas, sur la planète Terre et surtout dans ces temps actuels de la mondialisation : Tout est noté, évalué, écrit et consigné afin que, personne ne vive dans l’ignorance, et que, de génération en génération, les humains puissent connaître leur Histoire…

Naguère havre de paix, de prospérité et d’hospitalité, sous les règnes respectifs des Présidents Félix HOUPHOUET-BOIGNY (1960 à 1993) et de son digne successeur Henri KONAN BEDIE (1994 à 1999), la République de COTE D’IVOIRE est rentrée, malheureusement, dans les nations à risques, instables et à coups d’Etat. Quelle honte et quelle déchéance !

 Depuis décembre 1999 : Les héritiers du Sage, «Du Vieux et du Bélier » de Yamoussoukro, Félix HOUPHOUET-BOIGNY et des Militaires dudit pays, ont été divisés, manipulés et instrumentalisés, par d’obscurs opposants politiques, pseudo-socialistes, fascistes et nationalistes, qui ont pris leurs rêves, d’installation d’une dictature patriotique, pour de la réalité !

 A force d’envier le pouvoir suprême, les règnes d’HOUPHOUET-BOIGNY et de KONAN- BEDIE,

et après avoir chassé la junte militaire par une révolte et une insurrection populaire : Laurent GBAGBO et ses amis de la politique de la Refondation socialiste et patriotique, ont régné sur la COTE D’IVOIRE, pendant dix longues, calamiteuses et tragiques années ( octobre 2000 à octobre 2010), marquées par le règne des milices patriotiques, des escadrons de la mort, des sectes évangéliques obscures et illuminées, des détournements massifs en plusieurs milliards de francs CFA, de toutes les richesses nationales, des assassinats et autres charniers sanguinaires !

Heureusement pour le vaillant peuple de COTE D’IVOIRE que la vie est faite de successions de saisons, de règnes et de générations : Laurent GBAGBO et sa minorité socialiste et patriotique viennent d’échouer lamentablement à l’élection présidentielle supervisée par l’ONU et organisée le 28 novembre 2010.

Laurent GBAGBO et les siens, au lieu de tirer humblement, sagement et dignement les leçons de leur défaite électorale, en vue de bénéficier de l’indulgence des ivoiriens et de la Communauté internationale,

Ils s’accrochent, dictatorialement, au Pouvoir Suprême ivoirien, insolemment et avec une défiance notoire, en refusant de reconnaître la victoire écrasante d’Alassane Dramane OUATTARA, nouveau Président de la République Elu :

L’ONU, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la Francophonie, les Grandes Puissances Mondiales (USA, France, Allemagne, Royaume-Uni, etc.), toutes et tous, continuent d’inviter Laurent GBAGBO et les siens, à la raison, à la paix, à la démocratie et au développement économique…

Aux dernières nouvelles, ils rechercheraient la négociation en vue d’un partage du Pouvoir Suprême ivoirien ! C’est trop tard…

Evidemment et heureusement,  que Dramane OUATTARA refuse et résiste, très bien, connaissant, lui-même mieux que quiconque, les ruses, les roublardises, les méthodes fascistes et dictatoriales de Laurent GBAGBO, OUATTARA veut exercer, Seul,  son règne présidentiel sans duperies, ni roublardises, et ni tricheries !

Selon moi, par césarienne ou par voie normale, l’accouchement de la démocratie, de la paix et du développement de la République de COTE D’IVOIRE,

Aura lieu, avec ou sans Laurent GBAGBO et sa minorité présidentielle : Nul ne peut forcer, indéfiniment, son propre destin et défier, orgueilleusement, Barack OBAMA, Nicolas SARKOZY, les Organisations Internationales, les Grandes Puissances et la Communauté Internationale.

 - Les Temps d’installation des dictatures tropicalisées, socialistes et patriotiques sont périmés et dépassés !

- Laurent GBAGBO ne pourra plus forcer son propre destin, compromettre l’avenir de tous les ivoiriens, prendre en otage tout un Peuple et le Monde entier, par un hold-up électoral !

 -La fin de la récréation de Laurent GBAGBO et des Siens, que dis-je, le terme de leur patriotisme, de leur nationalisme tonitruant, exubérant, intempestif, incongru, saugrenu et presque imbécile, est arrivé :

Ce n’est qu’une question d’heures et de jours, car les fruits sont déjà très mûrs, et il ne reste que les temps de la cueillette !

 La guerre des prédateurs du cacao et du pétrole, n’aura pas lieu en COTE D’IVOIRE…

 La dictature socialiste et patriotique de Laurent GBAGBO, mourra, très rapidement, de sa belle mort !

Au fait, sur qui Laurent GBAGBO et les siens comptent-t-ils, pour défier le Monde entier ?

Ah la mort, quand tu nous appelle…

Heureusement pour Laurent GBAGBO et les Siens, qu’il leur reste, encore, quelques heures ou quelques

Jours de réflexions…Sinon, chers frères et sœurs de la Refondation, vous pourriez compter sur moi, très amicalement, pour prononcer,  vos oraisons funèbres et celles de votre Refondation fasciste, socialiste et patriotique avortée… 

De toutes les façons,  de gré ou de force, en COTE D’IVOIRE :

-Il y a eu les Temps anciens de l’avant 28 novembre 2010.

-Et il y aura les Temps nouveaux de l’après  28 novembre 2010…

« La Vérité rougit seulement les yeux, sans jamais les casser.. », tels sont le concept et le label de mon écriture ou de ma « Diplomatie Sans Frontières… »

 L’Auteur Djohn TANOH-NIAMKE,

Diplomate, Ecrivain, Blogueur et Chroniqueur.

« Diplomatie Sans Frontières. »

 

 

Chapitre 5 de Mon Livre : « COTE D’IVOIRE, bulletin de notes d’une dictature socialiste, populaire et patriotique avortée. »

 Ici bas, sur la planète Terre et surtout dans ces temps actuels de la mondialisation : Tout est noté, évalué, écrit et consigné afin que, personne ne vive dans l’ignorance, et que, de génération en génération, les humains puissent connaître leur Histoire…

Naguère havre de paix, de prospérité et d’hospitalité, sous les règnes respectifs des Présidents Félix HOUPHOUET-BOIGNY (1960 à 1993) et de son digne successeur Henri KONAN BEDIE (1994 à 1999), la République de COTE D’IVOIRE est rentrée, malheureusement, dans les nations à risques, instables et à coups d’Etat. Quelle honte et quelle déchéance !

 Depuis décembre 1999 : Les héritiers du Sage, «Du Vieux et du Bélier » de Yamoussoukro, Félix HOUPHOUET-BOIGNY et des Militaires dudit pays, ont été divisés, manipulés et instrumentalisés, par d’obscurs opposants politiques, pseudo-socialistes, fascistes et nationalistes, qui ont pris leurs rêves, d’installation d’une dictature patriotique, pour de la réalité !

 A force d’envier le pouvoir suprême, les règnes d’HOUPHOUET-BOIGNY et de KONAN- BEDIE,

et après avoir chassé la junte militaire par une révolte et une insurrection populaire : Laurent GBAGBO et ses amis de la politique de la Refondation socialiste et patriotique, ont régné sur la COTE D’IVOIRE, pendant dix longues, calamiteuses et tragiques années ( octobre 2000 à octobre 2010), marquées par le règne des milices patriotiques, des escadrons de la mort, des sectes évangéliques obscures et illuminées, des détournements massifs en plusieurs milliards de francs CFA, de toutes les richesses nationales, des assassinats et autres charniers sanguinaires !

Heureusement pour le vaillant peuple de COTE D’IVOIRE que la vie est faite de successions de saisons, de règnes et de générations : Laurent GBAGBO et sa minorité socialiste et patriotique viennent d’échouer lamentablement à l’élection présidentielle supervisée par l’ONU et organisée le 28 novembre 2010.

Laurent GBAGBO et les siens, au lieu de tirer humblement, sagement et dignement les leçons de leur défaite électorale, en vue de bénéficier de l’indulgence des ivoiriens et de la Communauté internationale,

Ils s’accrochent, dictatorialement, au Pouvoir Suprême ivoirien, insolemment et avec une défiance notoire, en refusant de reconnaître la victoire écrasante d’Alassane Dramane OUATTARA, nouveau Président de la République Elu :

L’ONU, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la Francophonie, les Grandes Puissances Mondiales (USA, France, Allemagne, Royaume-Uni, etc.), toutes et tous, continuent d’inviter Laurent GBAGBO et les siens, à la raison, à la paix, à la démocratie et au développement économique…

Aux dernières nouvelles, ils rechercheraient la négociation en vue d’un partage du Pouvoir Suprême ivoirien ! C’est trop tard…

Evidemment et heureusement,  que Dramane OUATTARA refuse et résiste, très bien, connaissant, lui-même mieux que quiconque, les ruses, les roublardises, les méthodes fascistes et dictatoriales de Laurent GBAGBO, OUATTARA veut exercer, Seul,  son règne présidentiel sans duperies, ni roublardises, et ni tricheries !

Selon moi, par césarienne ou par voie normale, l’accouchement de la démocratie, de la paix et du développement de la République de COTE D’IVOIRE,

Aura lieu, avec ou sans Laurent GBAGBO et sa minorité présidentielle : Nul ne peut forcer, indéfiniment, son propre destin et défier, orgueilleusement, Barack OBAMA, Nicolas SARKOZY, les Organisations Internationales, les Grandes Puissances et la Communauté Internationale.

 - Les Temps d’installation des dictatures tropicalisées, socialistes et patriotiques sont périmés et dépassés !

- Laurent GBAGBO ne pourra plus forcer son propre destin, compromettre l’avenir de tous les ivoiriens, prendre en otage tout un Peuple et le Monde entier, par un hold-up électoral !

 -La fin de la récréation de Laurent GBAGBO et des Siens, que dis-je, le terme de leur patriotisme, de leur nationalisme tonitruant, exubérant, intempestif, incongru, saugrenu et presque imbécile, est arrivé :

Ce n’est qu’une question d’heures et de jours, car les fruits sont déjà très mûrs, et il ne reste que les temps de la cueillette !

 La guerre des prédateurs du cacao et du pétrole, n’aura pas lieu en COTE D’IVOIRE…

 La dictature socialiste et patriotique de Laurent GBAGBO, mourra, très rapidement, de sa belle mort !

Au fait, sur qui Laurent GBAGBO et les siens comptent-t-ils, pour défier le Monde entier ?

Ah la mort, quand tu nous appelle…

Heureusement pour Laurent GBAGBO et les Siens, qu’il leur reste, encore, quelques heures ou quelques

Jours de réflexions…Sinon, chers frères et sœurs de la Refondation, vous pourriez compter sur moi, très amicalement, pour prononcer,  vos oraisons funèbres et celles de votre Refondation fasciste, socialiste et patriotique avortée… 

De toutes les façons,  de gré ou de force, en COTE D’IVOIRE :

-Il y a eu les Temps anciens de l’avant 28 novembre 2010.

-Et il y aura les Temps nouveaux de l’après  28 novembre 2010…

« La Vérité rougit seulement les yeux, sans jamais les casser.. », tels sont le concept et le label de mon écriture ou de ma « Diplomatie Sans Frontières… »

 L’Auteur Djohn TANOH-NIAMKE,

Diplomate, Ecrivain, Blogueur et Chroniqueur.

« Diplomatie Sans Frontières. »

 

 

Chapitre 5 de Mon Livre : « COTE D’IVOIRE, bulletin de notes d’une dictature socialiste, populaire et patriotique avortée. »

 Ici bas, sur la planète Terre et surtout dans ces temps actuels de la mondialisation : Tout est noté, évalué, écrit et consigné afin que, personne ne vive dans l’ignorance, et que, de génération en génération, les humains puissent connaître leur Histoire…

Naguère havre de paix, de prospérité et d’hospitalité, sous les règnes respectifs des Présidents Félix HOUPHOUET-BOIGNY (1960 à 1993) et de son digne successeur Henri KONAN BEDIE (1994 à 1999), la République de COTE D’IVOIRE est rentrée, malheureusement, dans les nations à risques, instables et à coups d’Etat. Quelle honte et quelle déchéance !

 Depuis décembre 1999 : Les héritiers du Sage, «Du Vieux et du Bélier » de Yamoussoukro, Félix HOUPHOUET-BOIGNY et des Militaires dudit pays, ont été divisés, manipulés et instrumentalisés, par d’obscurs opposants politiques, pseudo-socialistes, fascistes et nationalistes, qui ont pris leurs rêves, d’installation d’une dictature patriotique, pour de la réalité !

 A force d’envier le pouvoir suprême, les règnes d’HOUPHOUET-BOIGNY et de KONAN- BEDIE,

et après avoir chassé la junte militaire par une révolte et une insurrection populaire : Laurent GBAGBO et ses amis de la politique de la Refondation socialiste et patriotique, ont régné sur la COTE D’IVOIRE, pendant dix longues, calamiteuses et tragiques années ( octobre 2000 à octobre 2010), marquées par le règne des milices patriotiques, des escadrons de la mort, des sectes évangéliques obscures et illuminées, des détournements massifs en plusieurs milliards de francs CFA, de toutes les richesses nationales, des assassinats et autres charniers sanguinaires !

Heureusement pour le vaillant peuple de COTE D’IVOIRE que la vie est faite de successions de saisons, de règnes et de générations : Laurent GBAGBO et sa minorité socialiste et patriotique viennent d’échouer lamentablement à l’élection présidentielle supervisée par l’ONU et organisée le 28 novembre 2010.

Laurent GBAGBO et les siens, au lieu de tirer humblement, sagement et dignement les leçons de leur défaite électorale, en vue de bénéficier de l’indulgence des ivoiriens et de la Communauté internationale,

Ils s’accrochent, dictatorialement, au Pouvoir Suprême ivoirien, insolemment et avec une défiance notoire, en refusant de reconnaître la victoire écrasante d’Alassane Dramane OUATTARA, nouveau Président de la République Elu :

L’ONU, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la Francophonie, les Grandes Puissances Mondiales (USA, France, Allemagne, Royaume-Uni, etc.), toutes et tous, continuent d’inviter Laurent GBAGBO et les siens, à la raison, à la paix, à la démocratie et au développement économique…

Aux dernières nouvelles, ils rechercheraient la négociation en vue d’un partage du Pouvoir Suprême ivoirien ! C’est trop tard…

Evidemment et heureusement,  que Dramane OUATTARA refuse et résiste, très bien, connaissant, lui-même mieux que quiconque, les ruses, les roublardises, les méthodes fascistes et dictatoriales de Laurent GBAGBO, OUATTARA veut exercer, Seul,  son règne présidentiel sans duperies, ni roublardises, et ni tricheries !

Selon moi, par césarienne ou par voie normale, l’accouchement de la démocratie, de la paix et du développement de la République de COTE D’IVOIRE,

Aura lieu, avec ou sans Laurent GBAGBO et sa minorité présidentielle : Nul ne peut forcer, indéfiniment, son propre destin et défier, orgueilleusement, Barack OBAMA, Nicolas SARKOZY, les Organisations Internationales, les Grandes Puissances et la Communauté Internationale.

 - Les Temps d’installation des dictatures tropicalisées, socialistes et patriotiques sont périmés et dépassés !

- Laurent GBAGBO ne pourra plus forcer son propre destin, compromettre l’avenir de tous les ivoiriens, prendre en otage tout un Peuple et le Monde entier, par un hold-up électoral !

 -La fin de la récréation de Laurent GBAGBO et des Siens, que dis-je, le terme de leur patriotisme, de leur nationalisme tonitruant, exubérant, intempestif, incongru, saugrenu et presque imbécile, est arrivé :

Ce n’est qu’une question d’heures et de jours, car les fruits sont déjà très mûrs, et il ne reste que les temps de la cueillette !

 La guerre des prédateurs du cacao et du pétrole, n’aura pas lieu en COTE D’IVOIRE…

 La dictature socialiste et patriotique de Laurent GBAGBO, mourra, très rapidement, de sa belle mort !

Au fait, sur qui Laurent GBAGBO et les siens comptent-t-ils, pour défier le Monde entier ?

Ah la mort, quand tu nous appelle…

Heureusement pour Laurent GBAGBO et les Siens, qu’il leur reste, encore, quelques heures ou quelques

Jours de réflexions…Sinon, chers frères et sœurs de la Refondation, vous pourriez compter sur moi, très amicalement, pour prononcer,  vos oraisons funèbres et celles de votre Refondation fasciste, socialiste et patriotique avortée… 

De toutes les façons,  de gré ou de force, en COTE D’IVOIRE :

-Il y a eu les Temps anciens de l’avant 28 novembre 2010.

-Et il y aura les Temps nouveaux de l’après  28 novembre 2010…

« La Vérité rougit seulement les yeux, sans jamais les casser.. », tels sont le concept et le label de mon écriture ou de ma « Diplomatie Sans Frontières… »

 L’Auteur Djohn TANOH-NIAMKE,

Diplomate, Ecrivain, Blogueur et Chroniqueur.

« Diplomatie Sans Frontières. »

 

 

 

25/02/2013

Vente en Librairies des mes Livres.

Vente en librairies de mes livres :

(Attention : Pas de vente sur internet, uniquement en Librairies ou Kiosques)

1.Dès le 01/03/2013 : « COTE D’IVOIRE, Cahier d’un retour à la case-départ » sera disponible en librairies au prix de 3.000FCFA.

2.Dès le 01/04/2013 : « COTE D’IVOIRE, Bulletin de Notes d’une Dictature avortée » sera disponible en librairies au prix de 3.500FCFA.

3.Important : Ne ratez pas ces deux œuvres qui sont des essais politiques de l’Actualité en République de COTE D’IVOIRE, analysée, commentée et traitée par Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain, Blogueur et Chroniqueur, Fondateur et Administrateur des Sites et Blogs « Diplomatie Sans Frontières. »

 

 

 

 

20/02/2013

Livre: COTE D'IVOIRE, Cahier d'un Retour à la Case-Départ

LIVRE

COTE D’IVOIRE :

CAHIER D’UN RETOUR A LA CASE-DEPART

(Recueil de Chroniques)

Djohn TANOH- NIAMKE

Chapitre 10 :Ma Lettre Ouverte à Son ExcellenceMonsieur le Secrétaire Général de l’ONU.

Objet : COTE D’IVOIRE, la guerre du Patriotisme socialiste et extrémiste ne doit pas avoir lieu…

Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU,

J’ai le très grand plaisir et l’infini honneur de m’adresser à Votre Excellence, pour vous donner mon point de vue et mes propositions, au sujet de la fin du processus électoral en COTE D’IVOIRE.

En effet, Monsieur le Secrétaire Général,

Si vous-même, les Grandes Puissances et la Communauté internationale, n’intensifiez pas vos actions et ne redoublez pas de vigilance,

Tous vos importants efforts déjà consentis, risquent d’être vains. En effet : Les résultats du second tour, de l’élection présidentielle, prévu pour se dérouler le 28 novembre 2010, risquent de replonger ce beau Pays, dans une autre crise plus atroce et aux conséquences désastreuses.

Avant d’argumenter mon Point de vue, permettez-moi, excellence, de vous faire un bref rappel historique :

1-De 1960 à 1990, la COTE D’IVOIRE, dirigée par Feu le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, vivait sous un Régime de Parti Unique du PDCI-RDA, qui a bâti, dans la paix et la sagesse africaine, les prémices d’un beau Pays prospère, hospitalier, Ami de tous, et Ennemi de personne :

Ce qui n’est malheureusement pas le cas actuellement, avec notre diplomatie patriotique et belliqueuse !

2-En avril 1990, face aux nouvelles contingences démocratiques mondiales,

et à l’exemples des Autres Etats Africains, la COTE D’IVOIRE, s’ouvre aux multipartismes Politiques.

3-Malheureusement et depuis cette époque : Avec la naissance, la création de plus d’une centaine de Partis Politiques, la lutte pour le Pouvoir Suprême a fait basculer cette Nation Paisible, dans des Crises chroniques, intempestives, intermittentes, incongrues et saugrenues.

En un mot comme en mille, depuis vingt(20) ans de multipartisme, la démocratie ivoirienne, que dis-je, « La démon-cratie ivoirienne » a engendré des démons et des monstres politiques, prêts à brûler la COTE D’IVOIRE, rien que pour le Pouvoir Suprême !

4-Ce sont ces antagonismes et animosités qui justifient le Coup d’Etat militaire de décembre 1999 : des Militaires ont été manipulés par lesdits pseudos adeptes du multipartisme démocratique pour renverser le Président Henri KONAN BEDIE.

5-En Octobre 2000, le Général Robert GUEI, Chef de la Junte militaire, organise les élections présidentielles, avec pour ambitions, de conserver le Pouvoir Suprême :

C’est ainsi qu’il invalide les candidatures sérieuses et importantes de Messieurs Henri KONAN BEDIE et Alassane Dramane OUATTARA.

Pendant la Publication et la Proclamation des résultats dudit vote, le Général GUEI, commit l’erreur fatale de faire arrêter le processus en s’autoproclamant vainqueur dudit scrutin :

Son principal adversaire, Monsieur Laurent GBAGBO, «  boulanger et rusé comme un lièvre », appelle ses Militants et toutes les Populations, à une Révolte populaire et insurrectionnelle !

En conclusion de ce chapitre, il y a lieu de noter que le Président Laurent GBAGBO qui règne depuis dix(10) ans en COTE D’IVOIRE, n’a pas été régulièrement élu : son Pouvoir est le fruit d’une élection présidentielle douteuse et calamiteuse !

6- La tentative de renversement de son Pouvoir les 18 et 19 septembre 2002, et la longue Crise militaro civile, sont les conséquences évidentes de ladite élection présidentielle controversée :

En un mot comme en mille, ce sont les mêmes Soldats et des Jeunes Gens (Auteurs du Coup d’Etat de 1999), victimes des ruses, des duperies et des roublardises de Monsieur Laurent GBAGBO,

Qui sont revenus se venger en tentant, sans succès de le destituer du Pouvoir Suprême !

Il est important de noter que, ce ne sont pas, ni Monsieur Henri KONAN BEDIE, ni

Monsieur Alassane Dramane OUATARRA et ni le Général Robert GUEI, qui sont les Premiers Responsables de la Situation de la Crise Militaro civile :

En effet, quand un Pouvoir Suprême s’installe de force et dans la violence, il ne peut que s’attendre qu’à la force et à la violence !

Tel est le cas dramatique ivoirien que Nous vivons depuis bientôt dix ans !

Excellence Monsieur le Secrétaire Général, l’heure est, actuellement grave, en COTE D’IVOIRE, au moment ou va se dérouler, très bientôt, le second tour de l’élection présidentielle, prévu pour le 28 novembre 2010.

En effet, les mêmes causes, produisant toujours les mêmes effets, si ce Scrutin n’est pas honnête, juste et transparent, la COTE D’IVOIRE retournera et retombera, certainement et durablement, dans une autre Crise plus grave, profonde et aigue ! En effet, des Adeptes du Patriotisme Socialiste et Extrémiste, proches du Camp Présidentiel, seraient prêts à rééditer leurs funestes actions d’octobre 2000 à savoir voler (par la ruse, la tricherie, les fraudes et corruptions) la victoire du Candidat Alassane Dramane OUATTARA comme ils l’ont si bien fait face au Général GUEI !

Monsieur le Secrétaire Général,

En Conclusion, Je prie votre Excellence de bien vouloir noter que : la fin d’une chose, vaut mieux que son commencement. En effet, l’ONU, les Grandes Puissances et la Communauté internationale, après avoir consenti d’énormes sacrifices, pour restaurer la Paix et la Démocratie en COTE D’IVOIRE, vont –elles se faire complices pour cautionner et installer la Dictature de Violents Patriotes Socialistes et Extrémistes en COTE D’IVOIRE ?

En tout état de cause, je vous prie, Excellence, de bien vouloir faire redoubler de vigilance à Vos Collaborateurs, aux Observateurs Internationaux, aux Grandes Puissances et à Toute la Communauté Internationale, en vue d’une élection présidentielle honnête, juste et transparente, et non conflictuelle, faute de quoi, vos nombreux efforts, n’auront servi à rien ! Très haute considération. Paris, le 13 novembre 2010.

Extrait de mon Livre « COTE D’IVOIRE, Cahier d’un Retour à la Case-Départ », qui sera très bientôt disponible en librairies.

Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain,

Blogueur et Chroniqueur,

Fondateur et Administrateur des Sites et Blogs « Diplomatie Sans Frontières. »

http://tanohniamke.net

http://tanohniamke.wordpress.com

http://twitter.com/tanohdjohn

http://netlog.com/tanohdjohn