Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/02/2013

Livre: COTE D'IVOIRE, Cahier d'un Retour à la Case-Départ

LIVRE

COTE D’IVOIRE :

CAHIER D’UN RETOUR A LA CASE-DEPART

(Recueil de Chroniques)

Djohn TANOH- NIAMKE

Chapitre 10 :Ma Lettre Ouverte à Son ExcellenceMonsieur le Secrétaire Général de l’ONU.

Objet : COTE D’IVOIRE, la guerre du Patriotisme socialiste et extrémiste ne doit pas avoir lieu…

Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU,

J’ai le très grand plaisir et l’infini honneur de m’adresser à Votre Excellence, pour vous donner mon point de vue et mes propositions, au sujet de la fin du processus électoral en COTE D’IVOIRE.

En effet, Monsieur le Secrétaire Général,

Si vous-même, les Grandes Puissances et la Communauté internationale, n’intensifiez pas vos actions et ne redoublez pas de vigilance,

Tous vos importants efforts déjà consentis, risquent d’être vains. En effet : Les résultats du second tour, de l’élection présidentielle, prévu pour se dérouler le 28 novembre 2010, risquent de replonger ce beau Pays, dans une autre crise plus atroce et aux conséquences désastreuses.

Avant d’argumenter mon Point de vue, permettez-moi, excellence, de vous faire un bref rappel historique :

1-De 1960 à 1990, la COTE D’IVOIRE, dirigée par Feu le Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, vivait sous un Régime de Parti Unique du PDCI-RDA, qui a bâti, dans la paix et la sagesse africaine, les prémices d’un beau Pays prospère, hospitalier, Ami de tous, et Ennemi de personne :

Ce qui n’est malheureusement pas le cas actuellement, avec notre diplomatie patriotique et belliqueuse !

2-En avril 1990, face aux nouvelles contingences démocratiques mondiales,

et à l’exemples des Autres Etats Africains, la COTE D’IVOIRE, s’ouvre aux multipartismes Politiques.

3-Malheureusement et depuis cette époque : Avec la naissance, la création de plus d’une centaine de Partis Politiques, la lutte pour le Pouvoir Suprême a fait basculer cette Nation Paisible, dans des Crises chroniques, intempestives, intermittentes, incongrues et saugrenues.

En un mot comme en mille, depuis vingt(20) ans de multipartisme, la démocratie ivoirienne, que dis-je, « La démon-cratie ivoirienne » a engendré des démons et des monstres politiques, prêts à brûler la COTE D’IVOIRE, rien que pour le Pouvoir Suprême !

4-Ce sont ces antagonismes et animosités qui justifient le Coup d’Etat militaire de décembre 1999 : des Militaires ont été manipulés par lesdits pseudos adeptes du multipartisme démocratique pour renverser le Président Henri KONAN BEDIE.

5-En Octobre 2000, le Général Robert GUEI, Chef de la Junte militaire, organise les élections présidentielles, avec pour ambitions, de conserver le Pouvoir Suprême :

C’est ainsi qu’il invalide les candidatures sérieuses et importantes de Messieurs Henri KONAN BEDIE et Alassane Dramane OUATTARA.

Pendant la Publication et la Proclamation des résultats dudit vote, le Général GUEI, commit l’erreur fatale de faire arrêter le processus en s’autoproclamant vainqueur dudit scrutin :

Son principal adversaire, Monsieur Laurent GBAGBO, «  boulanger et rusé comme un lièvre », appelle ses Militants et toutes les Populations, à une Révolte populaire et insurrectionnelle !

En conclusion de ce chapitre, il y a lieu de noter que le Président Laurent GBAGBO qui règne depuis dix(10) ans en COTE D’IVOIRE, n’a pas été régulièrement élu : son Pouvoir est le fruit d’une élection présidentielle douteuse et calamiteuse !

6- La tentative de renversement de son Pouvoir les 18 et 19 septembre 2002, et la longue Crise militaro civile, sont les conséquences évidentes de ladite élection présidentielle controversée :

En un mot comme en mille, ce sont les mêmes Soldats et des Jeunes Gens (Auteurs du Coup d’Etat de 1999), victimes des ruses, des duperies et des roublardises de Monsieur Laurent GBAGBO,

Qui sont revenus se venger en tentant, sans succès de le destituer du Pouvoir Suprême !

Il est important de noter que, ce ne sont pas, ni Monsieur Henri KONAN BEDIE, ni

Monsieur Alassane Dramane OUATARRA et ni le Général Robert GUEI, qui sont les Premiers Responsables de la Situation de la Crise Militaro civile :

En effet, quand un Pouvoir Suprême s’installe de force et dans la violence, il ne peut que s’attendre qu’à la force et à la violence !

Tel est le cas dramatique ivoirien que Nous vivons depuis bientôt dix ans !

Excellence Monsieur le Secrétaire Général, l’heure est, actuellement grave, en COTE D’IVOIRE, au moment ou va se dérouler, très bientôt, le second tour de l’élection présidentielle, prévu pour le 28 novembre 2010.

En effet, les mêmes causes, produisant toujours les mêmes effets, si ce Scrutin n’est pas honnête, juste et transparent, la COTE D’IVOIRE retournera et retombera, certainement et durablement, dans une autre Crise plus grave, profonde et aigue ! En effet, des Adeptes du Patriotisme Socialiste et Extrémiste, proches du Camp Présidentiel, seraient prêts à rééditer leurs funestes actions d’octobre 2000 à savoir voler (par la ruse, la tricherie, les fraudes et corruptions) la victoire du Candidat Alassane Dramane OUATTARA comme ils l’ont si bien fait face au Général GUEI !

Monsieur le Secrétaire Général,

En Conclusion, Je prie votre Excellence de bien vouloir noter que : la fin d’une chose, vaut mieux que son commencement. En effet, l’ONU, les Grandes Puissances et la Communauté internationale, après avoir consenti d’énormes sacrifices, pour restaurer la Paix et la Démocratie en COTE D’IVOIRE, vont –elles se faire complices pour cautionner et installer la Dictature de Violents Patriotes Socialistes et Extrémistes en COTE D’IVOIRE ?

En tout état de cause, je vous prie, Excellence, de bien vouloir faire redoubler de vigilance à Vos Collaborateurs, aux Observateurs Internationaux, aux Grandes Puissances et à Toute la Communauté Internationale, en vue d’une élection présidentielle honnête, juste et transparente, et non conflictuelle, faute de quoi, vos nombreux efforts, n’auront servi à rien ! Très haute considération. Paris, le 13 novembre 2010.

Extrait de mon Livre « COTE D’IVOIRE, Cahier d’un Retour à la Case-Départ », qui sera très bientôt disponible en librairies.

Djohn TANOH-NIAMKE, Diplomate, Ecrivain,

Blogueur et Chroniqueur,

Fondateur et Administrateur des Sites et Blogs « Diplomatie Sans Frontières. »

http://tanohniamke.net

http://tanohniamke.wordpress.com

http://twitter.com/tanohdjohn

http://netlog.com/tanohdjohn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.