Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/02/2011

COTE D'IVOIRE: Pour madame Simone GBAGBO, le Pouvoir est un aphrodisiaque.

COTE D’IVOIRE : Lettre Ouverte à Madame Simone GBAGBO, Le Pouvoir Suprême est pour vous un aphrodisiaque.

Certaines femmes, c'est connu, aiment particulièrement les hommes de pouvoir. Plus que le physique de l'homme, elles aiment en lui le pouvoir qui lui est conféré. C'est le cas chez Faria Alam, ex-maîtresse de Sven-Göran Eriksson, du temps où il était «  manager » de l'équipe de football d'Angleterre. C'est visiblement le cas aussi chez Simone Éhivet Gbagbo, ex-première dame de Côte d'Ivoire.

La prise du pouvoir le 25 octobre 2000 :
Pour s'en convaincre, il suffit de rembobiner le film de la prise du pouvoir par Laurent Gbagbo le 25 octobre 2000. La veille, le général Guéï venait de prêter serment en qualité de ''premier Président de la Deuxième République'' sous le
regard de l'auguste Tia Koné, président de la Cour Suprême de Côte d'Ivoire. Ce 24 octobre donc, de sa cachette, Laurent Gbagbo appela le peuple ''à descendre dans la rue, jusqu'à ce que le général Guéï recule''. La suite, on la connaît :
les jeunes descendirent dans les rues ; la gendarmerie d'Agban rejoignit le camp Gbagbo pour attaquer le palais présidentiel du Plateau où le général et ses gardes - conduits par feu Boka Yapi - s'étaient terrés.

Après 24 h d'affrontements à l'arme lourde, les hommes de Guéï, à court de munitions et sans aucune possibilité de se ravitailler, déposèrent les armes. Le général s'enfuit par hélicoptère et, dans les heures qui suivirent, Gbagbo prêta serment à son tour en qualité de ''premier Président de la Deuxième République'' sous le regard toujours aussi auguste de Tia Koné. La Côte d'Ivoire venait d'avoir deux présidents ayant prêté serment successivement les 24 et 25 octobre 2000.

Cette prise du pouvoir par les armes, avec les gendarmes en première ligne contre l'armée de terre, n'était-elle pas déjà un coup d'État ? Mais Laurent et Simone Gbagbo n'en avaient cure. Simone, rayonnante de joie et résistant à un évanouissement dû à l'intensité du bonheur, ne put s'empêcher d'écraser une larme au moment où Laurent prêtait serment en qualité de Président de la République !

Elle n'a jamais été aussi féminine que ce soir du 25 octobre 2000, lorsqu'elle embrassa son très cher époux de Président, pour le féliciter d'avoir enfin réalisé leur vieux rêve commun.
La confiscation du pouvoir le 2 décembre 2010 :
Fast-forward, 2 décembre 2010 au soir et bis repetita. Le Conseil Constitutionnel de Yao N'dré venait juste de prendre une décision carrément scélérate et surréaliste - encore une autre décision de justice douteuse ! - inversant les résultats de l'élection présidentielle au profit du camarade Laurent.

Et il n'y était pas allé de main morte : il a fallu, pour créditer le camarade socialiste de quelque 51,45% des suffrages exprimés, invalider le scrutin dans pas moins de 13 départements du nord et du centre largement
favorables au candidat du RHDP, privant ainsi ce dernier de 550.000 voix.
Néanmoins, des courtisans furent suffisamment émerveillés par ce triomphe à la Pyrrhus. Ils se précipitèrent à la résidence du Président réélu pour le féliciter de sa brillante réélection à la tête de l'État. Mais le triomphateur d'Alassane Ouattara n'avait ni la tête ni l'enthousiasme d'un homme qui venait d'être brillamment réélu à la tête de son pays, d'où la tiédeur de son sourire et la timidité de ses embrassades.
C'était plutôt le rôle de Simone de rayonner, de pétiller d'extase et d'inviter es courtisans qui avaient la mine de la défaite en ce termes :''Soyez en joie.
Cette victoire, c'est le Seigneur qui nous l'a donnée. Soyez en joie car Dieu est au contrôle !''. Et d'étaler ses dents blanches dont Tiburce Koffi a déjà si bien commenté la blancheur.

Du coup d'État militaire qui porta Laurent Gbagbo au pouvoir en octobre 2000 au coup d'État constitutionnel qui l'y maintint en décembre 2010, il n'y a que les
moyens qui aient changé :

Les chars de la gendarmerie d'Agban ont été remplacés par la plume du pistolero du droit, Yao N'dré. Mais nonobstant le changement des moyens, Gbagbo obtient le même résultat : conquérir ou se maintenir au pouvoir par coup d'État ! Ce changement de moyens s'explique par ceci : en 2000, il n'avait pas les hommes de loi dans sa poche. Il n'y avait que les armes qui pouvaient le mener au palais. Ayant lui-même essuyé plusieurs tentatives de coups d'État pendant ses 10 ans de règne chaotique, et les ayant toujours pourfendues en clamant sa préférence pour la prise du pouvoir par les urnes, il n'avait plus besoin de confisquer le pouvoir par les armes d'autant
plus qu'il était déjà au palais. Cependant, il prit soin de convoquer tous les généraux étoilés - Mangou Philippe et ses 4 étoiles ; Tiapé Kassaraté et ses 4 étoiles ; Guaï Bi Poin et ses 3 étoiles, Brindou Mbia et ses 2 étoiles, Dogbo Blé et ses 2 étoiles, etc. - en sa résidence officielle pour qu'ils lui fissent
allégeance avant toute chose.
Certes, le pseudo démocrate n'en était point ! Ayant perdu les élections dansles urnes, on aurait pensé qu'il se plierait au verdict implacable du peuple souverain qui lui a retiré sa confiance. Mais que nenni.

Il actionna simplement son Conseil Constitutionnel pour lui octroyer dans un bureau obscur ce que le peuple lui avait refusé de façon diurne le dimanche 28 novembre.
Blanche Neige à la noce le 3 décembre 2010 
:
Et rebelote ! On remet le couvert et on reprend tout. Gbagbo et Simone se retrouvent à nouveau au palais présidentiel le 3 décembre 2010 pour exécuter le rite initiatique de la prestation de serment. Et Simone, telle Blanche Neige, toute de blanc vêtue, les dents toujours aussi blanches et le teint toujours
aussi noir - contraste saisissant, n'est-ce pas ? -, est à la noce. Elle rabroue presque son époux si présidentiel qui ne voulait pas l'embrasser à pleine bouche, devant tout ce parterre de dignitaires et de courtisans, et surtout pour que Nady Bamba, assise quelque part devant son poste téléviseur, puisse encaisser le coup. Bigre ! Et Laurent qui l'embrasse avec ses dents refaites au Maroc dont la blancheur est plus que douteuse. Qu'importe! Simone est aux anges quand elle se tient devant son Laurent en costume bleu marine,
bariolé d'une énorme écharpe rouge et portant le grand collier qui en fait notre Grand Croix pour les cinq prochaines années, si ce n'est plutôt en mois qu'il faut compter la survie de son règne.
Simone n'aime cependant que l'homme de pouvoir, Laurent Gbagbo, la figure présidentielle. Elle se délecte de son rôle de Première Dame, au point d'en faire une institution de l'État, avec ses bureaux, ses conseillers, aide de camp et tout le reste, payés par le contribuable ivoirien.

Qu'importe donc si Laurent, qui aime si bien la gent féminine de son propre aveu, s'amourache de la belle et plutôt claire Nady Bamba, la Grande Dame (G.D.), au point de l'épouser coutumièrement en 2001. Simone avalera ses couleuvres, boira son calice jusqu'à la lie, elle, la chrétienne évangéliste, accepter de vivre dans un foyer polygame et cohabiter avec une rivale musulmane et nordiste âgée alors seulement de 26 ans. Elle ne demandera jamais le divorce, tant que Laurent sera au palais et qu'on l'appellera officiellement la Première Dame (P.D.), même si, au jeu des initiales comme au concours de miss, la G.D. l'emporterait sans doute sur la P.D. Oups !

 Quelqu'un écrivait dans Jeune Afrique récemment qu'elle était l'homme fort du régime Gbagbo ! Oui, le pouvoir a un goût d'aphrodisiaque chez certaines femmes.

Auteur : Docteur Famahan SAMAKE

 

 

 

 

Commentaires

Vous mentez et soyez sur que votre Ouattara ne sera jamais president. Les Africains ne l'aiment pas parce qu'il veut servir l'interet de l'occident

Écrit par : devi | 09/02/2011

Votre article est tres nul. Vous perdez votre temps. Qui a represente la CI a la derniere reunion de l'UA? c'etait Gbagbo et non Ouatara le bourkinabe. Void ne saves meme pas analyser les choses. J' ai Deja place mon bateau de guerre sur Les cotes de la CI. Venez et on vous montrera.

Écrit par : J. Zuma | 16/02/2011

Les commentaires sont fermés.